Lettre ouverte au WWF : graves violations des droits humains liées aux activités de conservation

Dernière mise à jour : 22 mars 2021

Le FPP et les organisations signataires du monde entier ont envoyé une lettre ouverte à WWF International, demandant des enquêtes approfondies, justes et transparentes sur les graves allégations d'abus dans les projets de WWF au Cameroun, au Népal, en Inde et ailleurs.


La lettre appelle à repenser l'approche de la conservation, à respecter et à protéger les droits des peuples autochtones et des communautés locales, et à reconnaître et à soutenir le rôle des peuples autochtones dans la gestion de leurs propres territoires et terres.


Les organisations signataires sont les suivantes :

  • Forest Peoples Programme (Royaume-Uni)

  • International Work Group on Indigenous Affairs (Danemark)

  • Well Grounded (Royaume-Uni)

  • Almáciga (Espagne)

  • Natural Justice (Mondial)

  • Lawyers Association for Human Rights for Nepalese Indigenous Peoples (LAHURNIP) (Népal)

  • Asia Indigenous Peoples Pact (AIPP) (Asia regional)

  • Cheptikale Indigenous Peoples Development Project (CIDPD) (Kenya)

  • Sengwer Indigenous Peoples Programme (SIPP) (Kenya)

  • Instituto de Defensa Legal (IDL) (Perou)

  • Association Okani (Cameroun)

  • Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la Gestion des Ecosystèmes Forestiers d'Afrique Centrale (REPALEAC)

  • United Organisation for Batwa Development in Uganda (UOBDU) (Ouganda)

  • New Wind Association (Finlande)

  • Emmaus Aurinkotehdas Ry (Finlande)

------------

Photo: Richard Cawood

10 vues0 commentaire