Vidéos

Vidéoclip sur la Citoyenneté (2021)

Carin Bakousse - Inguéniga feat les peuples autochtones du Cameroun : Baka, Bagyéli, Bédzang et Bakola.

INGUÉNIGA c'est une chanson de la forêt qui sensibilise les Peuples autochtones et minoritaires du Cameroun sur l’importance de la Citoyenneté.

Inguéniga en langue Maka de l'Est Cameroun signifie "Allons-y".

Cette vidéo a été produit dans la cadre du projet Navigateur Autochtone, financé par l’Union Européen. Pour plus d’information sur les obstacles à la citoyenneté rencontrés par les Peuples autochtones au Cameroun, voir nos Rapports.

Message des femmes d'Assoumindélé : Une vidéo participative (2017)

Réalisée par des femmes Baka d'Assoumindélé, dans le Sud du Cameroun, cette vidéo participative, financée en partie par Oxfam et l'UE, explique leur point de vue sur leurs luttes pour les droits fonciers.

Screenshot 2021-03-19 at 11.30.54.png

Notre forêt est vide :

les femmes autochtones documentent les menaces aux forêts au Cameroun (2017)

Pour la Journée Internationale de la Femme 2017, les femmes autochtones Baka et Bagyeli de la forêt tropicale du sud du Cameroun se sont exprimées au sujet des menaces qui entourent les terres, les villages et les forêts où elles vivent. Equipées de smartphones, elles ont appris à utiliser une application leur permettant de documenter les violations qui les affectent.

 

Dans certaines zones forestières, les femmes sont victimes de violations des droits de l’homme commises par les écogardes, qui maltraitent et intimident les communautés forestières en toute impunité. Ils confisquent également leurs outils de chasse, les empêchant ainsi de nourrir leurs familles.

Surveillance de l'exploitation illégale des forêts ancestrales

par les Baka (2013)

Screenshot 2021-03-19 at 11.30.54.png

Cartographie Participative (2012)

Les Baka utilisent des assistants numériques personnels dotés d'un système de GPS intégré pour collecter des données (sites d'abattage illégal, arbres abattus, médicaments traditionnels, zones de chasse et de pêche, etc. ) dans leurs forêts ancestrales.

 

Ils utilisent ensuite ces informations pour créer des cartes interactives de leurs forêts ancestrales, afin de faire pression contre l'exploitation illégale de la forêt. Ces cartes et les données recueillies peuvent ensuite être utilisées par le ministère camerounais des forêts dans la lutte contre l'exploitation illégale des forêts.